EPP : Evaluation et Prise en Charge de la Douleur

Dates 2019 :

  • Prochaine(s) Session(s) :
    • Coût hors DPC : 200 euros par jour (soit 400,00 euros, repas pris en charge)
    • Prise en charge DPC : formation gratuite (et indemnisée 472,64 euros)
  • Toulouse : 18 Mars et 11 Juin 2019
    • Lieu : GIC de Soupetard – SIDERAL Santé – 7, Place Soupetard 31500 Toulouse
  • Toulouse : 23 Avril et 27 Juin 2019
    • Lieu : GIC de Soupetard – SIDERAL Santé – 7, Place Soupetard 31500 Toulouse

FORMATION VALIDANT LE « PARCOURS DE DPC » (Obligatoire au plus tard au 31 Décembre 2019)

Orientation validant DPC

Annexe II – Infirmiers : Prise en charge de la Douleur par l’Infirmier

Action de DPC N°8371 19 00004

Public

Personnel soignant, dont infirmier.e.s et aides-soignant.e.s.

Pré-requis

Etre en situation professionnelle d’accompagnement de patients en fin de vie ou douloureux (pas de justificatif à fournir).

Durée

2 jours NON CONSECUTIFS (Cf. méthodes DPC de la HAS)

Problématique 

La réflexion menée par des professionnels au sujet de leurs propres pratiques rencontre aujourd’hui un vif intérêt tant dans les entreprises que dans les milieux de la formation. Les raisons sont probablement multiples : évolution des formes de travail et appel à de “nouvelles” compétences, enjeux de professionnalisation d’activités émergentes et/ou de reprofessionnalisation d’activités existantes et développement de nouvelles formes de formation plus articulées avec les situations de travail. (Wittorsky) A travers la mobilisation d’une méthodologie socio-constructiviste prenant pour support deux thèmes aussi partagés que la douleur, il est recherché une sensibilisation des professionnels à leurs pratiques par une réflexivité encadrée et un regard bienveillant porté sur le quotidien des soignants.
Depuis 1998, la prise en charge de la douleur est une priorité de santé publique en France qui s’est traduite par un premier plan ministériel défini en 3 axes : 1. le développement de la lutte contre la douleur dans les structures de santé et réseaux de soins ; 2. le développement de la formation et de l’information des professionnels de santé sur l’évaluation et le traitement de la douleur ; 3. la prise en compte de la demande du patient et l’information du public.
La Loi N°2002-303 du 04 Mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé a consacré la prise en charge de la douleur comme un droit : « Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée ».
Le second plan douleur (2002-2005) s’est centré sur la douleur provoquée par les soins et la chirurgie, la douleur de l’enfant et la prise en charge de la migraine.
L’évaluation de l’intensité de la douleur est un des objectifs prioritaires du guide d’orientation « Organiser la lutte contre la douleur dans les établissements de santé » édité en 2002 par la DGOS. Ainsi, la fiche n°2 de ce guide énonce que « l’évaluation de l’intensité de la douleur est un temps fondamental dans la gestion de la douleur. Afin de mieux dépister, quantifier et suivre l’évolution de la douleur ressentie, […], il est nécessaire d’utiliser des méthodes fiables et reproductibles selon les caractéristiques de la personne ». L’évaluation de la douleur devrait ainsi être réalisée systématiquement auprès de toutes les personnes malades afin de détecter celles ayant besoin d’un traitement symptomatique ou d’une organisation particulière du soin, et ceci de façon pluriquotidienne afin de suivre l’évolution de la douleur. Or, le pourcentage de patients traités et soulagés reste insuffisant, la traçabilité des évaluations après traitement n’est pas satisfaisante et la diffusion des moyens d’évaluation pour les patients non communicants reste marginale.
Ce constat en secteur hospitalier pourrait aisément être transposé en secteur ambulatoire dans lequel n’existe à ce jour aucune procédure officielle de vérification de la mise en œuvre des mesures précédemment citées.

OBJECTIFS

Objectif général / institutionnel

  • Améliorer la qualité et la sécurité des soins, et par conséquent, la satisfaction des professionnels et de leurs patients.

Objectif pédagogique

  • Comprendre l’intérêt et maîtriser la méthodologie d’élaboration des indicateurs en santé

Compétences visées

  • Savoir élaborer et utiliser une grille d’indicateurs relatifs à l’évaluation et à la prise en charge de la douleur
  • En déduire les pistes d’améliorations sur les plans individuel, collectif, voire institutionnel

Méthode et trame d’analyse

Fiche-Méthode DPC de la Haute Autorité de Santé : Suivi d’indicateurs de qualité et de sécurité des soins

Demandez le programme !

février 16, 2017